Les premiers dispositifs de compostage mis en place en Moldavie grâce à la France

0

Bien qu’ils soient largement utilisés depuis des années dans les pays de l’Union européenne, les premiers dispositifs de compostage arrivent enfin en République de Moldavie grâce à la France.

Il s’agit d’un projet sélectionné par l’Ambassade de France à Chisinau en 2018, puis valorisé dans le cadre d’un appel d’offres international du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères. Il est mis en œuvre par Savoie Déchets, une entreprise publique française de Chambéry, en lien avec cinq communes du raion de Teleneshti : Verejeni, Ratus, Banesti, Chitscanii Vechi et Telenesti.

Ce projet a pour objectif principal l’amélioration de la gestion des déchets pour en faire un service public innovant et efficace. Les opérations seront mises en œuvre sur une période de 18 mois, le budget du projet est de 200 000 euros.

 

Le projet est une action pionnière, et la plus importante en termes d’envergure, dans la coopération décentralisée entre la France et la République de Moldavie. Il a déjà permis la mise en place de 50 dispositifs de compostage, l’achat de matériel et d’équipement pour la collecte et le traitement des déchets biodégradables, des activités de sensibilisation, ainsi que la formation des élus locaux à la gestion intercommunale des déchets.

 

«Jusqu’à présent, des composteurs ont été installés chez des ménages , dans des quartiers,  ou  dans les mairies, écoles, centres de santé, etc. de communes partenaires du projet. Les dispositifs de compostage ont été donné gratuitement aux institutions publiques et aux personnes intéressées (les ménages) à produire du compost à partir de déchets biodégradables, selon la technologie française, guidée par l’expert français en compostage Jean Luc Martel « , a détaillé sur www.ernews.fr Zinaida Mindru, coordinatrice locale du projet.

Les premiers dispositifs de compostage arrivent en Moldavie grâce à la France

« Il est important que les Moldaves sachent comment faire leur compost »

Compte tenu de la situation dégradante concernant la gestion des déchets en République de Moldavie, on peut dire que les communes impliquées dans ce projet ont de la chance. Elles bénéficient de solutions françaises pour améliorer leur gestion des déchets.

«Pour la commune de Verejeni, ce projet est très important. Fort de l’expérience française, nous contribuerons à la protection de l’environnement et de la santé de la population, nous mettrons en place une nouvelle approche de la gestion des déchets. Le compostage est un moyen de réduire la quantité de déchets, d’utiliser efficacement les déchets biodégradables dans la fabrication de compost – un engrais organique précieux pour la fertilisation des sols. Cela n’implique pas de l’argent supplémentaire. C’est juste un petit effort qui nous apportera de nombreux avantages. Il est important que les gens sachent comment faire leur compost », a déclaré sur ER NEWS, la secrétaire du Conseil local de la Mairie de Verejeni, Zinaida Mindru.

Seulement 30 pour cent des Moldaves ont accès à un système fonctionnel de collecte des déchets

En Moldavie, il est problématique non seulement le tri des ordures ménagères, mais aussi le ramassage. Seulement 30 pour cent de la population a accès à une collecte mise en place par les mairies de Moldavie. Les 70% restants jettent leurs déchets dans des décharges sauvages. On compte quelque 5 000 décharges sauvages sur tout le territoire de Moldavie.

C’est un problème grave auquel les autorités moldaves ne parviennent pas à trouver de solution. L’Etat doit créer un système fonctionnel de collecte des déchets, puis c’est la population qui va s’engager à les trier.

Ce n’est même pas une question de mentalité. Les Moldaves qui habitent dans les pays européens y trient leurs déchets. Et à leur retour en Moldavie, ils arrêtent de le faire, car il n’y a pas de système de collecte sélective bien développé dans leur pays d’origine.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.