COVID-19 : La circulation du virus s’accélère en France. 4 586 nouveaux cas en 24 heures

0 196

La circulation du virus s’accélère en France : le taux d’incidence a progressé en sept jours de 42%. Neuf départements ont désormais dépassé le seuil d’alerte de 50 nouveaux cas positifs dépistés au cours des 7 derniers jours pour 100 000 habitants, précise un communiqué de presse du Ministère des Solidarités et de la Santé.

Depuis le début de l’épidémie, près de 7 millions de tests ont été réalisés. Aujourd’hui près de 700 000 tests sont réalisés par semaine.

Données nationales :

  • Nombre de clusters : 1140, en incluant ceux en EHPAD depuis le 9 mai ; 44 nouveaux depuis 20 août, mais 710 clôturés
  • Nouveaux cas confirmés de COVID-19 ces dernières 24h : 4 586 (20 482 sur la semaine)
  • Nombre de tests réalisés en semaine glissante : 700 051 (près de 7 millions réalisés depuis le début de l’épidémie)
  • Taux de positivité (%) des tests pour SARS-COV-2 : 3,4% entre le 12 et le 18 août (en hausse)
  • Nombre d’actes SOS Médecins pour suspicion de COVID-19 : 335, soit 4% de l’activité totale
  • Passages aux urgences pour suspicion de COVID-19 : 309, soit 0,8% de l’activité totale
  • Personnes hospitalisées pour une infection COVID-19 : 4 745 (210 admissions en 24H)
  • Personnes hospitalisées en réanimation : 379 malades (37 admissions en réanimation en 24H)
    Île-de-France, Grand Est, Hauts-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur regroupent 67% des malades en réanimation.
    En Outre-Mer : 155 hospitalisations, dont 33 en réanimation
  • Décès liés à la COVID-19 : 30 503 personnes sont décédées en France, dont 19 992 au sein des établissements hospitaliers et 10 511 en établissements sociaux et médico-sociaux.
  • Nombre de personnes hospitalisées depuis le début de l’épidémie : 109 949 / 84 829 rentrées à domicile

Le dépistage est essentiel dans la stratégie du Ministère des Solidarités et de la Santé pour contenir l’épidémie. Il doit être suivi par une recherche et une identification active des contacts des cas, et par un isolement strict des personnes malades et des contacts à risque.

« Faisons-nous tester au moindre symptôme même léger, si les autorités sanitaires nous ont identifié comme contact, au retour d’une zone de circulation active du virus et en cas de doute après une exposition à risque (lieux de convivialité, lieux festifs où les gestes barrières ne pouvaient pas être respectés). Ce dépistage est également recommandé pour l’ensemble des professionnels de santé ou travaillant auprès de personnes âgées ou fragiles », indique le Ministère des Solidarités et de la Santé .

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.